L’âne, le cheval, …le tourisme.

Dans les sous-bois, une dame en train de cueillir des jonquilles a été surprise par l’arrivée de mon attelage. Elle exprimait toute son admiration : « Quel beau cheval ! Il est magnifique ! Il est impressionnant ! Qu’est-ce que c’est comme race ? ». Après un échange convivial, j’ai démarré sous son regard émerveillé. « C’était une très belle rencontre ! », s’est-elle exclamée.

Un touriste allemand s’était mélangé dans la circulation d’une petite ville en plein milieu de la France, avec son âne de bât portant tout son attirail de voyage. Intriguée par la scène inhabituelle des lieux, surpassant ma timidité, j’étais allée à sa rencontre. Je n’étais ni la première, ni la dernière à venir vers lui pour lui poser des tas de questions.

La rencontre d’un âne ou d’un cheval ne laisse pas indifférent. Les émotions que l’équidé suscite font de lui un excellent partenaire pour une évasion dans le cadre d’une balade de week-end, de promenade touristique ou de randonnée.

Voyons brièvement comment faire du tourisme avec ces animaux.

Equi-tourisme

Qu’importe que l’on trotte comme une mule ou que l’on se déplace difficilement, se promener à l’aide de chevaux attelés est un temps de plaisir pour tous. Une balade en calèche offre l’occasion de partager un agréable moment en famille, en couple ou entre amis. Voilà un tour sans fatigue pour visiter un site durant les vacances où l’on pratique des activités tous azimuts. L’attelage vous transporte littéralement et métaphoriquement.

Pour les plus actifs, ceux qui aiment marcher ou randonner, l’âne de bât est une compagnie utile et agréable. Le partage de la balade avec l’animal reste exceptionnel et réjouissant. Ce moment de complicité génère d’excellents souvenirs.

Le plus surprenant, en voiture ou à pied, l’équidé déclenche l’enthousiasme et facilite les échanges avec des moments de grandes convivialités.

tourisme

Equi- nature

Un besoin de changer d’air, de se ressourcer, d’un instant insolite, une balade en calèche permet d’apprécier la nature d’une manière agréable.

La nature mérite qu’on lui accorde de la valeur. C’est un univers authentique où l’on peut se détendre, tout relâcher, tout oublier…se libérer du quotidien, de l’agitation urbaine.

L’équidé nous escorte dans la traversée du règne végétal à la découverte d’images, de tableaux artistiques, de chemins pittoresques bordés par des fleurs quelconques…toutefois offrant un joli panel de couleurs.

L’ambiance est bucolique où raisonne la mélodie des oiseaux et des insectes.

Des arbres grandioses avec leurs branches sinueuses apportent une atmosphère de l’étrange, faisant voyager l’imaginaire. L’esprit s’évade le temps de la promenade.

L’attelage renforce le côté naturel à l’occasion d’un week-end nature, des vacances sous l’étiquette de tourisme vert, tourisme de nature, tourisme rural ou même écotourisme. Savez-vous que l’odeur du cheval couvre celle de l’Homme ? Ainsi, il est plus facile d’observer la faune qui a tendance à nous fuir.

Equi- nature

Equi-cité

En période estivale et lorsque le ciel est de bonne humeur, un cocher fait visiter la ville pendant qu’un guide commente ce qui attire les touristes.

Lors de la traversée, les pigeons sur le passage prennent leur envol et vont roucouler un peu plus loin. Assis en hauteur dans la voiture hippomobile, on peut contempler les gens seuls, en groupe, avec des enfants ou un chien, le point de vue sur l’habilité d’un serveur de bistrot en terrasse, les bâtiments…plein de détails pour distraire le regard. Le bruit des sabots nous berce alors que le piéton interpellé par la résonance du fer sur le macadam se détourne à la recherche des chevaux.

Sous le brouhaha joyeux de la ville, on découvre la cité, l’ancien, l’architecture, éventuellement un château. Les chevaux font traverser les siècles passés. On s’imagine remonter le temps.

Equi-cité

Equi- patrimoine

Envie de satisfaire sa curiosité, la visite d’un patrimoine ancien et culturel en attelage ou en bât renforce le caractère historique et facilite l’immersion de la visite, comme si on y était.

L’odeur du cheval mélangé à celle du cuir renforce le décor d’une tradition équestre.

L’attelage peut tout simplement déposer les passagers au pied d’un monument à visiter. C’est le cas pour aller au Mont Saint-Michel, le temps d’admirer la Merveille accompagné d’une brise légère, d’un air iodé, du criaillement des goélands et des pas des chevaux.

Equi- patrimoine

Œnotourisme

Un merveilleux spectacle s’offre à nous. L’encolure d’un cheval surplombe le vignoble. Comme c’est extraordinaire. Surprenant même. Un mélange de pelage et de feuillage…Le cheval vigneron est au petit soin de chaque cep riche en fruits.

A la vue de la scène, il nous vient à l’esprit les valeurs de traditions, de savoir-faire, du terroir, du respect de l’environnement, d’une pratique ancestrale sacré …que l’on retrouve dans le gout du vin.

Cette recette est miraculeuse pour la vigne, le vigneron et les amateurs du vin. Elle crée du lien entre les Hommes et la nature. Une ébriété saine. Un cheval dans la vigne, c’est une évidence, du bon sens.

Le tourisme attelé ou bâté procure un moment d’évasion, de détente, un voyage hors du temps, un moment magique, un souvenir fantastique.

Le cheval a accompagné l’Homme dans son évolution. Image du passé, ces équidés utiles nous font voyager dans l’histoire. Contemporains, ils réussissent à nous évader des contraintes de notre quotidien.

C’est aussi une manière de contribuer à un tourisme durable ou écologique. Et pourquoi pas un tourisme local ? C’est l’occasion de découvrir ses environs que l’on n’a jamais pu visiter, une aubaine pour faire plaisir aux enfants, pour une impression de vacances, passer une merveille journée.

Œnotourisme